Wednesday, March 22, 2017

Togo / Le gouvernement donne sa vision à l’horizon 2030


Ce 22 mars, journée mondiale de l’eau. Une fois encore, décideurs et citoyens vont observer une pause pour réfléchir sur la bonne manière à adopter pour ma sauvegarde de cette richesse naturelle indispensable à la vie. Mais, ne pas en faire un bon usage, fait de l’eau la pire cause de mortalité et de maladies.
L’eau, c’est la vie ! Pour cela, la vision du gouvernement pour les treize prochaines années est claire : le souhait est que d’ici à 2030, «  les ressources en eau du Togo soient connues, mobilisées, exploitées et gérées, garantissant à toute la population et pour tous les usages un accès universel, équitable et durable e »t à un coût abordable aux services d’eau et d’assainissement », a déclaré Colonel Ouro-Koura AGADAZI, Ministre en charge de l’Hydraulique.
« L’eau et les eaux usées » : c’est le thème de la célébration de cette année. Et selon le Colonel AGADAZI, il y a bel et bien une corrélation entre les deux choses, notamment eaux et eaux usées.
« Les eaux usées des ménages présentent des risques important pour la santé humaine et l’environnement, si elles ne sont pas traitées adéquatement avant leur rejet dans l’environnement », s’est-il expliqué. Face à ces risque dont parle le Ministre, il ressort que l’eau, une ressource naturelle indispensable à la vie, « est aussi devenue de manière directe ou indirecte la prière cause de mortalité et de maladie au monde » , a-t-il ajouté.

Togo / Obligation de reverser les précomptes, si…


Les différentes grèves enregistrées depuis le début de cette année scolaire devront atteindre 37 jours, soit 06 semaines de cours non faits, souligne Komlan NOUWOSSAN, porte-parole des centrales syndicales au groupe de travail sur le secteur de l’Education. Et si jamais l’année est réajustée, comme l’a annoncé le gouvernement, les précomptes opérés doivent être reversés.
L’année scolaire devra prendre fin vers mi-juillet. Et conformément aux précomptes faits suite aux différentes grèves, les derniers chapitres ne devraient pas être faits. Mais, si le gouvernement réajuste l’année, cela veut dire que ces 06 semaines sont ainsi réquisitionnées des vacances de l’enseignant. Et elles serviront à revenir sur les cours non faits pour que le programme finisse en bonne et due forme. En conséquence, « l’année aura alors son cours normal », a fait savoir M. NOUWOSSAN.
A cet effet, il lance alors un appel à l’endroit du gouvernement : « du moment où le réaménagement est en vue, il faut que le gouvernement rétrocède les précomptes car les enseignants auront à faire les cours non faits pour lesquels ils ont été précomptés ».
Cependant, il précise que le problème ne se pose pas encore. Après l’annonce, il va falloir attendre la décision du gouvernement réajustant l’année avant de poser cette condition.

Monday, March 20, 2017

Lancement officiel du projet : « Climate Saturdays : Parler et Agir avec les Jeunes »

Le Parlement Nationale de la Jeunesse pour l’Eau au Togo (PNJE-TOGO) a procédé samedi au lancement officiel du projet : « Climate Saturdays : Parler et Agir avec les Jeunes » à la maison TV5 Monde à Adidogomé à Lomé, a constaté un reporter de l'Agence de presse Afreepress.
La cérémonie de lancement a été présidée par le Conseiller Technique du ministère de l’environnement et des ressources Forestières, Tata AMEGBOH. Ce projet pour lui, vient relever les défis des changements climatiques auxquels le Togo n'échappe pas. « Lorsqu’on sensibilise un jeune sur la question du climat, c’est toute une famille qu’on sensibilise », a-t-il laissé entendre.
L’initiative a pour objectif d’informer les jeunes sur les changements climatiques, le développement durable et le droit à l’eau. Dans la phase d’exécution de ce projet, le PNJE organisera sur toute l’étendue du  territoire, des cafés-débats, des ateliers de formation, des projections de films, des rencontres de reboisement et la grandes « Nuit de l’Eau ». Tous les samedis et ceci pendant 3 mois, ces activités seront animées par les élèves.
Rappelons que le PNJE est créé en décembre 2014 et œuvre dans le domaine de l'assainissement.
Raphaël A.

OBUTS rend hommage aux femmes et défend les droits des enfants à une scolarité apaisée

Dans le prolongement des activités marquant la journée internationale de la femme célébrée le 8 mars de chaque année, la Convention des Femmes Solidaires, l’organe regroupant les femmes du parti « Organisation pour bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) » a tenu dimanche, une conférence publique au siège de ce parti à Lomé, a observé sur place un reporter de l'Agence de presse Afreepress.
« Planète 50-50: Les femmes solidaires s'engagent ». Tel était le thème retenu pour cette conférence débat qui a eu lieu en présence du président national de cette formation politique, l’ancien Premier ministre Agbéyomé Messan Kodjo.
Au total, trois communications ont agrémenté la manifestion. Le premier a eu pour thème : « Organiser une meilleure représentativité des femmes dans les assemblées nationales et municipales et mettre fin à la barrière linguistique ». Pélagie HEINDE, journaliste à la TVT s’est attelée à décortiquer la seconde communication qui a porté sur les mesures à mettre en œuvre afin de favoriser le développement du leadership féminin en vue de l’autonomisation de la femme togolaise.  « Les problèmes de succession de la veuve et de l’orphelin ». C’est le thème qui a servi de dessert aux participants. Il a été développé par  Me Paul Koku AVEHOE, notaire de profession.
Les Femmes Solidaires ont profité de l'occasion pour rendre publique une déclaration marquant cette journée. Déclaration dans laquelle elles ont exhorté les pouvoirs publics à instituer la composition de listes paritaires alternées au niveau des formations politiques s’agissant des élections législatives à venir. Cette mesure, ont-elles soutenu, aura l’avantage d’assurer une meilleure représentativité des femmes au sein des enceintes parlementaires. Elles recommandent en outre une augmentation du nombre des femmes au sein de l’exécutif et au niveau des administrations centrales et dans les démembrements de l’Etat.
Parlant de la crise dans l’éducation, les femmes du parti OBUTS ont dit leurs inquiétudes face à la situation tout en se réjouissant des « efforts consentis par le Gouvernement » pour mettre fin à ces mouvements. Tout en marquant leur compréhension et soutien aux enseignants, elles ont appelé ces derniers à la reprise des cours afin de ne pas compromettre l’année scolaires en cours.
 Aklom A. Afreepress

Friday, March 17, 2017

Togo : Accident d’un camion près de Guérin-kouka. Au 4 morts et plusieurs blessés

Un accident s’est produit mardi au environ de 16h à 5km de la ville de Guérin-kouka, dans la préfecture de Dankpen. Dans un camion visiblement mal en point se trouvaient près d’une quarantaine de personnes qui revenaient des funérailles.
Le chauffeur du camion aurait brusquement freiné à la suite des appels des passagers alors que le véhicule roulait à vive allure. Résultat : 4 morts (une femme et trois hommes) et plus de trente personnes dans un état grave.
Plus tard aux environs de 20h, une dizaine ou à peu près des blessés ont été évacués vers Kara pour des soins intensifs et appropriés.
Tout kouka est sous le choc face à ce drame!!
Source : Derrick Tamandja

Thursday, March 16, 2017

TOGO/Conseil des ministres ce mercredi Remaniement au ministère de l’Urbanisme


Deux décrets de nomination ce mercredi au menu du conseil des ministres ; toutes les deux nominations ont eu lieu au titre du ministère de l’urbanisme, de l’habitat et du cadre de vie
Dr Komlan EDOH (en image) est nommé Directeur de Cabinet alors que Kossi GBATI Ouadja est nommé Secrétaire Général.

Les deux raisons du départ brusque de Henry Gapéri


Après le décret pris en conseil des ministres remplaçant Henry Gapéri de la tête de l’Office Togolais des Recettes (OTR), les choses sont allées vite pour que son successeur prenne fonction. Jusque-là ce départ brusque du Rawado-canadien est sans raison officielle. Mais selon « jeuneafrique.com » ; deux grandes raisons expliquent cette rupture de contrat de M. Gapéri.
« Depuis des mois, Faure Gnassingbé avait vent de la grogne des milieux d’affaires contre certaines méthodes de l’OTR ainsi que de celles de l’institution contre le management de Gaperi », souligne le site. Comme seconde raison, il se révèle, selon « jeuneafrique.com », que l’ancien Commissaire Général de l’OTR serait impliqué dans un « contrat de plus de 1 milliard de F CFA passé de gré à gré ». et pour cette affaire, un audit serait en cours, ajoute le site.
Lié au Togo par un contrat de 4 ans, Henry Gapéri n’a pu faire que trois ans et un mois ; son mandat devra prendre fin en 2018. Malgré ces dérives imputées à M. Gapéri, « jeuneafrique.com » déplore qu’il soit parvenu à quitter le Togo « avec des indemnités de près de 150 millions de F CFA ».
Jacques GAGNON 
T228