Wednesday, February 22, 2017

TOGO : Nouvelle grève de trois jours des enseignants : Poussé dans son dernier retranchement, le gouvernement contraint de dévoiler ses intentions



« L’on peut tromper tout le peuple pour un temps, ou tromper une partie du peuple tout le temps mais l’on ne peut tromper tout le peuple toutes les fois ». Le collège de membres du gouvernement qui ont conduit les travaux du groupe de travail sur le secteur de l’éducation ont fini par comprendre que leurs compatriotes qui ont embrassé la carrière enseignante ont suffisamment de matière grise pour les dérouter. Les crises incessantes que connait le secteur de l’éducation sont loin d’être finies.



Les multiples tours de passe-passe et la diversion orchestrée par le gouvernement depuis plusieurs années semblent avoir atteint leur point de chute. Il n’est plus de secret pour personne que les principales revendications des syndicats d’enseignants tournent autour de la régularisation de certaines situations administratives et de l’octroi des primes inhérentes à la l’exercice de la fonction enseignante. Si pour le premier cas, le gouvernement a fini par agir sous la contrainte, la dribble programmée quant aux retombées financières n’a pas été effective. Les contraintes budgétaires seraient à l’origine de la non satisfaction des revendications. Mensonge d’Etat.

De quand datent ces revendications ? Ce qui se réclame aujourd’hui est inscrit dans la Réforme de l’enseignement de 1975. Les doléances réactivées il y a plusieurs années ont poireauté au Cadre Permanent de Concertation pendant cinq ans sans que rien ne se fasse. La CSET n’a pris le relais qu’en 2016 et ce, après avoir pris soin d’envoyer des correspondances qui sont restées sans suite. Le gouvernement a cru opérer une première dribble en reportant la rentrée au nom du Sommet sur la Sécurité Maritime pour lequel 13 milliards ont été débloqués et dilapidés.

Entre menaces, intimidations, précomptes fantaisistes, affectations punitives, conciliations et dialogue, le gouvernement lâche le mot : contraintes budgétaires. Si ce n’est une volonté délibérée de ne pas satisfaire les revendications, pourquoi n’avoir pas pris les mesures en amont avant l’adoption du budget quand on sait que ce n’est pas en 2017 que les réclamations ont commencé ? Pourquoi avoir fait perdurer les points inscrits sur la plateforme au CPC pendant 5 ans si Faure Gnassingbé et son gouvernement voulaient y accéder. Nulle part dans le budget 2017, il n’est inscrit une ligne relative à un quelconque sommet.

Pourtant le gouvernement s’active pour organiser le sommet Afrique-Israel à Lomé cette année. Il en est de même pour les élections locales dont aucune trace des sources de financement ne se trouve dans le budget 2017. De quoi veut-on parler alors aux enseignants ? En tout état de cause, le gouvernement est dans son dernier retranchement.

Et ce n’est pas la horde de soi-disant parents d’élèves qu’on a fait venir à la Primature pour déverser des inepties qui le sauver. Le débrayage reprend ce mardi. Et l’on attend de voir.

le correcteur

Forum - N° 2279


Liberté - N° 2381


Tuesday, February 21, 2017

Les juridictions et services pénitentiaires ont besoin de moyens

Un rapport d’audit de l’inspection générale et juridictions pénitentiaires recommande plus de moyens pour un meilleur rendement de la justice.
L’audit des juridictions et de l’inspection générale des services juridictionnels et pénitentiaires a été validé. Cet audit vient « parachever le processus des études de diagnostic pour identifier les leviers capables d’accélérer la modernisation et d’affiner le ciblage des axes d’intervention des partenaires».
L’étude appelait à analyser l’adéquation entre les attributions et les moyens des services du ministère, de dégager les causes de dysfonctionnements éventuels.
Cette étude a pris en compte la Cour suprême, les Cours d’Appel de Lomé et de Kara, le Tribunal de première instance (TPI) de 1ère classe de Lomé, les TPI de 2ème classe de Kara et d’Atakpamé, les TPI de 3ème classe de Tsévié et de Bafilo ainsi que l’Inspection Générale des Services Juridictionnels et Pénitentiaires (IGSJP).
Les résultats recommandent le renforcement du personnel de la Cour suprême en magistrats et greffiers, l’augmentation de son budget, l’intensification de la résorption du passif des dossiers, la stabilisation du fonctionnement des cabinets d’instruction, l’adoption du projet de texte sur les assignations et le traitement en ligne, la modernisation de la justice sociale et la construction d’un tribunal pour enfants.
A propos des statistiques au niveau de la justice togolaise, jusqu’en décembre 2016, le ministre en charge de la Justice a indiqué que « l’ensemble de l’effectif en place au sein du ministère s’élevait à 1345 agents, dont 18% de magistrats, 15% de greffiers, 18% de personnel administratifs, 35% de surveillants de l’administration pénitentiaire, 13% de volontaires et bénévoles et 1% de contractuels».
Les défis conjoncturels et structurels demeurent nombreux. « Nous pouvons affirmer que la justice togolaise a emprunté courageusement la voie de la réforme en profondeur de son mode de fonctionnement pour aboutir à un système performant qui, tout en étant un levier essentiel du développement économique du pays, assure la protection efficace des droits et libertés des citoyens»
letemps

Monday, February 20, 2017

TOGO : REMISE OFFICIELLE DE MANUELS SCOLAIRES AUX ELEVES DE L’EPP NYEKONAKPOE

Le ministère de l’enseignement primaire, secondaire et de la formation professionnelle en collaboration avec  le partenariat mondial pour l’éducation (PME) à procédé le jeudi 16 février 2017 à Lomé au lancement de distribution gratuite  de manuels  scolaires aux élèves du CP1 de toutes les régions du Togo.
Cette distribution de manuels scolaires de français et des mathématiques  et les guides du maître pour l’enseignant, s’inscrit dans le cadre du projet Education et Renforcement Institutionnel  phase 2  (PERI-2), prend en compte tous les apprenants sur toute l’étendue  du territoire nationale y compris les écoles  confessionnelles et privées.In
L’élaboration de ces nouveaux  manuels pour les élèves et des guides du maitre au primaire engagée par le gouvernement  s’est faite dans le but de rendre les programmes plus pertinent et plus lisible aux élèves et aux enseignants .
Pour le représentant de la représentante  résidente  de la Banque Mondiale au Togo  monsieur Godwill   KAN TANGE , la distribution  de 825.426 manuels de mathématiques et de français pour les cours de CP1 dont 42.000 guides du maitre sont une réussite concrète  de la mise en œuvre du PERI-2 pour une meilleure approche pédagogique.
Le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et de la Formation Professionnelle, monsieur  Komi TCHAKPELE qui a présidé la séance,  a estimé que le lancement officiel de la gratuité des manuels participe à la volonté  du gouvernement d’assurer  l’égalité d’accès a l’école  à tous les enfants quelque soit la situation socio- économique de leur parents. Il par ailleurs  encouragé les enseignants à  faire un bon usage pédagogique  des documents afin d’améliorer  la qualité de l’éducation au Togo.
 RADIO LOME

Togo : Les juridictions et services pénitentiaires ont besoin de moyens

Un rapport d’audit de l’inspection générale et juridictions pénitentiaires recommande plus de moyens pour un meilleur rendement de la justice.
L’audit des juridictions et de l’inspection générale des services juridictionnels et pénitentiaires a été validé. Cet audit vient « parachever le processus des études de diagnostic pour identifier les leviers capables d’accélérer la modernisation et d’affiner le ciblage des axes d’intervention des partenaires».
L’étude appelait à analyser l’adéquation entre les attributions et les moyens des services du ministère, de dégager les causes de dysfonctionnements éventuels.
Cette étude a pris en compte la Cour suprême, les Cours d’Appel de Lomé et de Kara, le Tribunal de première instance (TPI) de 1ère classe de Lomé, les TPI de 2ème classe de Kara et d’Atakpamé, les TPI de 3ème classe de Tsévié et de Bafilo ainsi que l’Inspection Générale des Services Juridictionnels et Pénitentiaires (IGSJP).
Les résultats recommandent le renforcement du personnel de la Cour suprême en magistrats et greffiers, l’augmentation de son budget, l’intensification de la résorption du passif des dossiers, la stabilisation du fonctionnement des cabinets d’instruction, l’adoption du projet de texte sur les assignations et le traitement en ligne, la modernisation de la justice sociale et la construction d’un tribunal pour enfants.
A propos des statistiques au niveau de la justice togolaise, jusqu’en décembre 2016, le ministre en charge de la Justice a indiqué que « l’ensemble de l’effectif en place au sein du ministère s’élevait à 1345 agents, dont 18% de magistrats, 15% de greffiers, 18% de personnel administratifs, 35% de surveillants de l’administration pénitentiaire, 13% de volontaires et bénévoles et 1% de contractuels».
Les défis conjoncturels et structurels demeurent nombreux. « Nous pouvons affirmer que la justice togolaise a emprunté courageusement la voie de la réforme en profondeur de son mode de fonctionnement pour aboutir à un système performant qui, tout en étant un levier essentiel du développement économique du pays, assure la protection efficace des droits et libertés des citoyens»
LE TEMPS

Sunday, February 19, 2017

Cérémonies d’échanges de vœux au siège de l’ANC

Ils étaient  environs 2000 militantes et militants à avoir pris d’asseau le siège du parti ce mercredi 8 février 2017, pour la cérémonie d’échanges de vœux de l’ANC.
Dès 10 h du matin, c’est au son de tam-tams et de chants que  les délégations des  fédérations des Lacs, de Vo, de Yoto, du Haho, du Zio, de l’Avé,  de Kloto, du Bas Mono, de l’Amou et des 14 fédérations de Lomé et Golfe, ainsi que celles des associations des femmes commerçantes des marchés de Lomé, celles des conducteurs de taxis motos et des amicales de ressortissants de certaines préfectures du Togo, sont accueillies au siège de l’ANC.
C’est vers 15 heures que le Président National a rejoint le siège de l’ANC  où l’attendaient, outre les délégations des fédérations et  des associations, les membres des structures du parti : Comité exécutif, Comité politique, Bureau National, Groupe parlementaire ANC, Dames de l’ANC (DNC) et la Jeunesse de l’ANC (JNC).
Tour à tour, les porte-paroles des  délégations présentes ont pris la parole pour présenter leurs vœux aux premiers responsables du parti  et apporter leur soutien à la politique et à la clairvoyance de Jean-Pierre FABRE, Président National de l’ANC
La vice-présidente, Manavi Isabelle AMEGANVI, en sa qualité de présidente du groupe parlementaire ANC a, au nom des députés, témoigné sa reconnaissance au Président national et à tout le parti pour le soutien  dont ils  ont bénéficié tout au long de cette législature  et particulièrement durant l’année écoulée. Elle a brossé l’immense travail abattu à l’Assemblée nationale, par les députés de l’ANC, au cours de l’année 2016. Elle a précisé que 30 textes de lois ont été adoptés au parlement et que l’opposition parlementaire a procédé à 12 interpellations et questions au gouvernement au titre du contrôle de  l’action gouvernementale.
Touché par  les  vœux et  les marques de sympathie, le Président national a imploré la grâce divine sur le parti, sur les militantes et militants ainsi que sur toute la Nation togolaise. Puis, il  a présenté ses vœux de santé, de bonheur et d’amour à l’assistance. Il a assuré, à travers ceux qui étaient présents, toutes les populations togolaises, de sa détermination à poursuivre la lutte avec  détermination jusqu’à la victoire finale.
Le Président Jean-Pierre FABRE, a par ailleurs informé l’assistance sur le contenu de l’entretien qu’il a eu avec la Commission de réflexion sur les réformes, présidée par Mme Awa Nana. A ce propos, le Président National a déclaré que cette commission n’a aucune légitimité et n’inspire aucune confiance.  Il a réaffirmé la nécessité de procéder rapidement à la mise en œuvre des réformes institutionnelles, constitutionnelles et électorales dans le respect absolu de l’esprit et la lettre de l’Accord politique global  (APG) signé depuis onze ans. Jean-Pierre FABRE a rappelé que la seule démarche pour la mise en œuvre de l’APG est le consensus et qu’aucune commission ne peut se substituer à elle.
Jean-Pierre FABRE a saisi l’occasion pour condamner la fermeture de LCF et City Fm, par la HAAC en violation des lois des la République.  Il a rappelé, à cet effet, que l’ANC a à maintes reprises  condamné l’instrumentalisation des institutions de la République par le régime RPT/UNIR pour régler des problèmes politiques et se  maintenir au pouvoir contre la volonté du peuple togolais.  A ce sujet, Jean-Pierre FABRE a également rappelé le contenu de la lettre qu’il avait adressé au Chef de l’Etat, le 13 janvier dernier.
ANC TOGO